SOS Enfants Luxembourg

Qui sommes-nous ?   |  Documents   |  Professionnels   |  Lettre d'information   |  La fédération des équipes S.O.S. Enfants   |  Liens   |  Lexique
> La lettre du 04/11/2003

1.  Nouvelle présentation et retard de parution, ...

De nombreux problèmes techniques, sans doute liés à l'augmentation impressionnante des abonnés, ne nous ont pas permis de publier plus rapidement cette lettre d'information. C'est donc chose faite avec quelques jours de retard.

Grâce à l'équipe d'Intermediatic ces problèmes techniques sont désormais derrière nous. De plus, cette nouvelle collaboration nous permet de nous adresser à vous d'une manière bien plus conviviale.

Bonne lecture de ce nouveau numéro de ... novembre consacré essentiellement au rapport 2002 de notre équipe S.O.S. Enfants ...
 


2. Le rapport 2002 de l'équipe S.O.S. Enfants Luxembourg vient de paraître

Ce rapport constate une augmentation de 30 % des signalements par rapport à l'année dernière (151 contre 105 l'an dernier).

Cette augmentation peut s'expliquer, outre par la prise en considération des signalements de prévention anténatale (non répertoriés les années précédentes), par l'augmentation du temps de travail des secrétaires, l'information donnée sur notre équipe à l'occasion de la marche organisée par l'ALEM dans la province pour notre action anténatale et peut-être une augmentation généralisée dans tous les services psychosociaux du nombre de signalement de maltraitance et négligence grave.

Elle peut probablement s'expliquer également par le fait que nous sommes connus, tant par les particuliers que par les professionnels, comme étant une équipe stable, proposant un travail spécifique (familial, à domicile si nécessaire) ou réorientant vers un autre service adéquat après un long travail d'investigation (en vue d'une aide et non d'une suite d'enquête), investie dans les situations de prévention ou à risques, qui accepte de travailler dans l'urgence (20% des signalements concernent des situations de crise) et spécialisée dans les situations de maltraitance sexuelle (où les autres services peuvent se sentir démunis et insécurisés).

Ainsi, la collaboration de seconde ligne (intervision, demande de conseils) s'est encore développée avec les autres professionnels confrontés à des situations de maltraitance.

Par ailleurs, nous sommes souvent amenés à réaliser un certain nombre de rencontres avec la famille pour établir un diagnostic précis, prenant en compte la problématique globale de la famille (séparation, abandon ou absence d'un parent, dysfonctionnement du couple, conflit avec les grands-parents), même lorsque nous réorientons la situation vers un autre service, auquel nous introduisons la famille.

Enfin, nous prenons le temps qui est nécessaire pour établir une relation de confiance avec les familles, afin de pouvoir aborder avec elles, en toute transparence, tous les motifs d'inquiétude que nous rencontrons dans leur situation, parfois bien plus lourds et préoccupants que ceux que la famille nous avait amenés.

A cet égard, bien que les grilles d'analyses statistiques ne permettent pas de le constater parce qu'elles leur réservent une place unique et réduite, les cas de maltraitance psychologique sont nombreux (rejets, brimades, mépris, menaces d'abandon et abandon, humiliations, dévalorisations, paroles blessantes, etc...).

Cependant, ce type de maltraitance accompagne très souvent d'autres types de maltraitance, physiques ou sexuelles, mais est plus subtil, d'autant qu'il est chronique et que l'entourage s'y habitue et le considère moins dangereux.

Nous sommes particulièrement attentifs à ce type de maltraitance, qui occasionne des dégâts importants et à long terme pour la personnalité de l'enfant, comme nous le sommes à l'égard des dysfonctionnements de couple, qui peuvent à terme porter atteinte aux enfants.

Pour ces différentes raisons, et en particulier, nos attentions soutenues aux situations de préventions, nous constatons que, par rapport aux autres Equipes SOS ENFANTS, nous avons moins de situations retenues, plus de prise en charge par l'équipe (soixante) et plus de situations à risques.

Nous ne pouvons donc que nous réjouir des promesses de subsides qui nous sont faites pour nous permettre d'engager un(e) assistant(e) social(e) et un(e) psychologue à temps plein, dans le but d'élargir notre action préventive à toute la province.

Pour télécharger le rapport complet (mais aussi d'autres documents utiles), cliquez ici.


3. Abonnements

Il est possible que certains d'entre vous reçoivent deux fois cette lettre. Cela peut s'expliquer par l'existence de deux adresses pour le même abonné ou par le fait que l'abonné est intéressé à deux titres (un avocat conseiller communal, un bourgmestre conseiller provincial, par exemple).

Si vous êtes dans ce cas et que vous désirez modifier ces abonnements, cliquez ici en mentionnant votre souhait de voir limiter votre abonnement à un seul exemplaire.

Pour abonner des proches, communiquez la ou les adresse(s) e-mail en cliquant ici


4. Pour vous désabonner

Pour vous désabonner, un seul clic suffit mais ce serait dommage info@sos-enfants-lux.be en signalant votre souhait d'être désabonné.
 

RETOUR




S.O.S. Enfants Luxembourg
Rue de la Jonction, 5 - B-6880 BERTRIX  
Tél. : +32 61 22 24 60 - Fax : +32 61 22 54 45 - GSM : +32 496 71 17 46 - Contactez-nous !
S.O.S. ENFANTS fonctionne grâce au soutien
de l'Office de la Naissance et de l'Enfance :
Offiche de la Naissance et de l Enfance

ALEM LUXEMBOURG


Actualisation des informations : Alem Luxembourg